Anne-Emmanuelle Demartini

Anne-Emmanuelle Demartini est professeure d’Histoire contemporaine à l’université Sorbonne Paris Nord (Paris-13), membre du laboratoire Pléiade (EA7338). Ses travaux portent sur l’histoire des sensibilités et des imaginaires sociaux contemporains qu’elle explore à partir d’affaires judiciaires et d’itinéraires criminels. Son livre Violette Nozière, La fleur du mal, une histoire des années trente (Champ Vallon, Prix Malesherbes 2017) revisite selon un angle micro-historique la célèbre affaire Violette Nozière, en 1933, pour interroger les conditions de possibilité de la parole sur l’inceste. Elle a coordonné un collectif consacré aux logiques contradictoires produites par le tabou qui frappe la parole sur l’inceste (« Dire l’inceste », Sociétés & Représentations, 42, 2016/2).

Publications (liste non exhaustive) :

  • L’affaire Lacenaire, Paris, Aubier, 2001.
  • Imaginaire et sensibilités. Études pour Alain Corbin, co-dir, Paris, Créaphis, 2005.
  • Monstre et imaginaire social, co-dir, paris, Créaphis, 2008.
  • « La parole sur l’inceste et sa réception sociale dans la France des années trente. L’affaire Nozière », Revue d’histoire moderne & contemporaine, 56-4, oct.-déc. 2009, pp. 190-214.
  • Émotions contemporaines 19-21e siècles, co-dir., Paris, Armand Colin, 2014.
  • « Dire l’inceste », Sociétés & Représentations, 42, 2015.
  • « Dire l’inceste : de la parole de Violette Nozière au discours de l’historien (1933-2015) », Sociétés & Représentations, 42, 2016/2, pp. 45-57.
  • « Rosebud » ou écran ? L’inceste et l’œuvre de Niki de Saint Phalle. Entretien avec Camille Morineau, Sociétés & Représentations, 42, 2016/2, pp. 88-96.
  • Violette Nozière, La fleur du mal, une histoire des années trente, Ceyzérieu, Champ Vallon, 2017.

https://pleiade.univ-paris13.fr/profil/anne-emmanuelle-demartini/