Anne-Emmanuelle Demartini

Anne-Emmanuelle Demartini est professeure d’Histoire contemporaine à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, memb re du Centre d’histoire du XIXe siècle (EA 3550). Ses travaux portent sur l’histoire des sensibilités et des imaginaires sociaux contemporains qu’elle explore à partir d’affaires judiciaires et d’itinéraires criminels. Son livre Violette Nozière, La Fleur du mal, une histoire des années trente (Champ Vallon, Prix Malesherbes 2017) revisite selon un angle micro-historique la célèbre affaire Violette Nozière, en 1933, pour interroger les conditions de possibilité de la parole sur l’inceste. Elle a coordonné un collectif consacré aux logiques contradictoires produites par le tabou qui frappe la parole sur l’inceste (« Dire l’inceste », Sociétés & Représentations, n° 42, 2016/2).

Ouvrages et direction d’ouvrages

  • Violette Nozière, La Fleur du mal, une histoire des années trente, Ceyzérieu, Champ Vallon, 2017.
  • « Dire l’inceste », Sociétés & Représentations, n° 42, 2016/2.
  • Émotions contemporaines XIXe-XXIe siècles, avec Anne-Claude Ambroise-Rendu, Hélène Eck et Nicole Edelman, Paris, Armand Colin, 2014.
  • Monstre et imaginaire social, avec Anna Caiozzo, Paris, Créaphis, 2008.
  • Imaginaire et sensibilités. Études pour Alain Corbin, avec Dominique Kalifa, Paris, Créaphis, 2005.
  • L’Affaire Lacenaire, Paris, Aubier, 2001.

Articles et chapitres d’ouvrages

  • « Du ‘freudisme’ autour d’un crime. L’affaire Violette Nozière 1933-1934 », Sociétés & Représentations, n° 43, 2017/1, p. 65-80.
  • « ‘Rosebud’ ou écran ? L’inceste et l’œuvre de Niki de Saint Phalle », entretien avec Camille Morineau, Sociétés & Représentations, n° 42, 2016/2, p. 88-96.
  • « Dire l’inceste : de la parole de Violette Nozière au discours de l’historien (1933-2015) », Sociétés & Représentations, n° 42, 2016/2, p. 45-57.
  • « L’affaire Nozière entre instruction judiciaire et médiatisation », Le Temps des médias, n° 15, automne 2010, p. 126-141.
  • « La parole sur l’inceste et sa réception sociale dans la France des années trente. L’affaire Nozière », Revue d’histoire moderne & contemporaine, 56/4, oct.-déc. 2009, p. 190-214.

Communications scientifiques

  • « Entre occultation et révélation. Comment étudier l’inceste aujourd’hui ? », séminaire  M2-Doctorat « Transgressions, normes et imaginaire social XIXe-XXe siècles »  organisé par Anne-Emmanuelle Demartini, Université Paris 1-Panthéon Sorbonne, 2 novembre 2021.
  • « Regards historiques sur les violences sexuelles », table ronde animée par Julie Doyon, avec Anne-Emmanuelle Demartini, Didier Lett, Sylvie Steinberg, Rendez-vous de l’Histoire, 10 octobre 2021 [les enregistrements sont disponibles en ligne].
  • « Casser la loi du silence ? La transmission familiale du passé de Violette Nozière », colloque pluridisciplinaire de l’ANR DERVI « Actualité et histoire de l’inceste. Entre occultation et révélation », Campus Condorcet, 7 octobre 2021.